© C.N.R.B.T. 2015

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-flickr

REFLEXION

 

 

QUE FAISONS-NOUS A LA RENTREE DE SEPTEMBRE 2018 POUR NOS 40.000 ENFANTS SCOLARISES PRIVES DE PISCINE ET DE NATATION DEPUIS SEPTEMBRE 2017 ?

 

 

10 mois après la fermeture de la piscine de Rivière-des-Pères à Basse-Terre, (1er août 2017), 9 mois après la rentrée scolaire de septembre 2017, à 2 mois de la clôture de l'année scolaire 2017-2018 et à 4 mois de la prochaine rentrée scolaire (2018-2019), 40.000 enfants, jeunes, élèves et étudiants scolarisés de la maternelle à l'Université restent toujours privés de piscine et de l'activité Natation.

Tous les programmes obligatoires préconisés par l'Education Nationale sont en standby.

Seuls quelques classes des établissements scolaires du primaire des communes de Basse-Terre, St Claude, Gourbeyre et Vieux-Habitants, des collèges Petit-Paris de Basse-Terre et Anse Poulain de Vieux-Habitants et des lycées Versailles de Basse-Terre, Ducharmoy de St Claude et Blanchet de Gourbeyre ont pu bénéficier de séances, en mer, (plan d'eau de la plage de Rivière Sens à Gourbeyre ou plan d'eau de la plage de Simaho à Vieux-Habitants) avec la collaboration des collectivités communales concernées, de l'Académie de Guadeloupe, des équipes pédagogiques des établissements scolaires impliqués et du seul club de natation encore réellement en activité dans la zone, le Cercle des Nageurs de la Région de Basse-Terre (CNRBT).

Dans 4 mois, à la rentrée scolaire de septembre 2018, la piscine de Rivière-des-Pères, seule piscine du Sud Basse-Terre, en capacité d'accueillir l'ensemble des établissements scolaires de la zone, sera toujours fermée et probablement encore pour plusieurs mois, peut-être même une nouvelle année scolaire !

Que faisons-nous ? Avons-nous prévus un "plan B" ? Sommes-nous en capacité de faire accélérer le processus de réouverture ? Qu'est-il envisagé pour compenser les pertes sèches et les préjudices que cette fermeture a pu causer à ceux qui en sont victimes au rang desquels le CNRBT ?

Notre club de natation, après les avoir préparés pendant plusieurs années, a du se séparer de 4 de ses 8 jeunes salariés, soit donc 50% de sa main d'œuvre. C'est la décision la plus cruelle que nous avons du prendre en 40 années d'existence de l'association.

Est-ce là notre avenir ? Sommes-nous condamnés à détruire aujourd'hui, en une année, ce que nous avons pris 40 ans à construire ?

Nous ne vous rappellerons pas les bienfaits de la natation pour la santé, ni l'utilité de maîtriser un "Savoir Nager" sur une île comme la nôtre et toutes les préconisations et recommandations que la pratique dans l'eau peut apporter.

Vous en êtes tous convaincus. Pourquoi alors restons-nous ainsi sans véritable vision, lisibilité et transparence sur un dossier d'une aussi grande importance ?

Je fais appel à votre conscience, je vous demande d'avoir un sursaut pour tenter de "sauver" ce et ceux qui peuvent encore l'être.

Des emplois sont en jeu, des structures associatives également, des vies aussi, peut-être.

Tout cela ne peut vous laisser indifférent et inerte; ni silencieux.

Entendez ce cri de détresse, écoutez cet SOS que nous vous lançons.

Bien sûr, pas pour nous... mais pour nos enfants, futurs constructeurs et dirigeants de demain pour lesquels, tous les jours nous disons tant vouloir faire et qu'une telle situation ne conduit qu'à défaire.

 

Prosper Congré

Professeur EPS

Président CNRBT

Chevalier de l'Ordre National du Mérite

Chevalier des Palmes Académiques

Médaille d'or de la Jeunesse, des Sports et de l'Engagement Associatif